Archives par mot-clé : Littérature

Le tour du monde de Shuwa-Shuwa book

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous allons nous promener un peu, qu’en dites-vous ? Cela vous rend « uki-uki[1] » ?

A l’occasion du défi « #shuwashuwabooktravels » que l’on peut retrouver sur Instagram, je suis partie avec mon chéri faire une virée à Bruxelles pour emmener mon exemplaire du désormais bien connu livre d’onomatopées « shuwa-shuwa[2] ».

Ce n’était donc pas une promenade « bura-bura[3] »

Tout d’abord, quel est ce défi ?

Le défi est de faire voyager le livre autour du monde et de le prendre en photo pour attester de ses escales. Il y a beaucoup de beaux endroits en Belgique mais j’ai trouvé que la fontaine du Manneken Pis était certainement un des endroits les plus emblématiques et, en tout cas, l’un des plus connus au niveau international.

En me renseignant sur le Maneken Pis pour pouvoir vous en parler un peu, je suis restée « anguri[4] » devant ma propre ignorance concernant ce monument national !

Pour commencer, la statue que nous pouvons admirer à Bruxelles, est en réalité une copie !

La vraie statue, datée de 1619-1620, se trouve dans le Musée de la ville de Bruxelles. Et cette statue est elle-même une deuxième version de la toute première dont on retrouve des mentions dans les textes administratifs dès 1451-1452.

Avec le temps, le Manneken Pis devint un symbole fort et il fut victime de son aura.

Au cours de son histoire, il a été volé et même cassé plusieurs fois. C’est pourquoi, après avoir été soigneusement restauré, décision a été prise de le mettre à l’abri dans le musée bruxellois.

De quoi se sentir à nouveau « nonbiri[5] » concernant sa longévité…

Du point de vue de sa fonction, on ne s’en doute plus aujourd’hui mais, initialement, il s’agissait d’une fontaine assurant la distribution d’eau potable. Ce n’est qu’en 1851 que la grille, toujours présente, en ferma l’accès et rendit la célèbre fontaine, uniquement décorative.

A propos de son apparence originale, la légende la plus répandue raconte que la fontaine représente un petit garçon qui aurait sauvé Bruxelles.

Comment ? Il aurait uriné sur la mèche d’une bombe posée par les ennemis. Ce faisant, il l’aurait éteinte et empêché l’incendie.

Quoi qu’il en soit, son aspect souligne un trait d’humour certain et qui a beaucoup plu, dès les origines.

Les Bruxellois y voient aussi un enfant irrévérencieux rempli d’un sentiment de liberté. La preuve qu’il plaît : on retrouve des copies de lui partout dans le monde !

D’ailleurs, saviez-vous qu’il existe plusieurs copies inspirées du Manneken Pis au rien qu’au Japon ?

En effet on retrouve le petit garçon satisfaisant son besoin pressant à Achinohe, Kobe, Kurume, Moriya, Nagoya, Odawara, Osaka et Tokyo.

Il existe aussi une version à se sentir « kura-kura[6] » dans la vallée d’Iya, dans la préfecture de Tokushima.

En effet cette statue se trouve à 200 mètres en surplomb de la falaise !

Ici, pas d’histoire de bombe éteinte, mais une représentation des enfants qui testaient leur courage en urinant au-dessus du précipice.  Il est vrai que ça doit être très impressionnant…

Pour terminer cet article, je voulais vous faire part d’une petite réflexion. Je me suis procuré le livre shuwa-shuwa car je suis passionnée par le Japon et sa langue, entre autres.

Il m’a d’ailleurs beaucoup plu et je suis ravie de vous le faire connaître. Je dois ajouter que grâce à lui et au défi « #shuwashuwabooktravels », j’en ai appris un peu plus sur ma propre culture et je trouve ça géant.

Comme quoi, ce livre est intéressant à plus d’un titre et il ne se limite pas à nous apprendre des onomatopées japonaises!

Et vous, vous connaissiez toutes ces anecdotes?

Jennifer pour WalloNihon


[1] Très heureux, d’excellente humeur

[2] Pétillant

[3] Se promener sans but précis

[4] Rester bouche bée / abasourdi sous le choc, la surprise

[5] Insouciant, décontracté

[6] Se sentir étourdi, avoir le vertige

Au Japon ceux qui s’aiment ne disent pas je t’aime

Voici venir un livre que je voulais vraiment lire et que j’ai d’ailleurs lu en une seule traite.

Il s’agit, sous forme d’un abécédaire, d’une comparaison entre les us et coutumes du Japon et de l’Occident.

Les sujets abordés sont très variés, allant de l’amour au zapping en passant par la féminité, les magasins ou le sport. Pour chaque entrée, on apprend beaucoup de détails du quotidien, non sans une touche d’humour.

Cet ouvrage est inspiré et se place comme une suite moderne de l’essai intitulé « Européens et Japonais, traité sur les contradictions et différences de mœurs » écrit en 1585 (et réédité à notre époque par Chandeigne) par le jésuite portugais Luis Fróis.

Originalité de l’auteure Elena Janvier : il s’agit en réalité d’une association de 3 auteures passionnées qui ont vécu au Japon et y ont accumulé maintes expériences. A n’en pas douter, elles ont réussi à transmettre leurs connaissances du Japon au fil des pages et on les en remercie !

Si j’ai vraiment beaucoup aimé lire ce livre, je suis néanmoins un peu restée sur ma faim…

Certaines définitions sont restées pour moi incomprises et d’autres me semblaient trop légèrement abordées. Ces observations n’enlèvent cependant rien à la qualité générale de l’ouvrage que je recommanderais sans hésiter tant il est divertissant mais aussi, instructif.

Jennifer pour WalloNihon

Fiche technique du livre :

Titre : Au Japon ceux qui s’aiment ne disent pas je t’aime

Auteur : Elena Janvier

Editions : arléa

Année de parution : 2011

EAN : 9782869599246

Nombre de pages : 125

Format : Broché

Shuwa-Shuwa & 99 onomatopées japonaises illustrées

Deuxième livre : Shuwa-shuwa (1)

Miaou, paf, vroum, tchac, plouf, … Ces petits mots nommés « onomatopées » imitent des bruits de la vie courante et sont très utilisés dans toutes les langues.

Dans la langue japonaise, les onomatopées sont plus fréquentes encore que dans toutes les autres langues. On en dénombre plus de 4000 et elles ont la particularité, en plus de reproduire un son, d’exprimer également des états, des sentiments et des mouvements.

Hormis le dictionnaire, on les retrouve partout : mangas, films d’animation, conversations quotidiennes, etc.

Vous l’aurez compris, si on veut parler le japonais « pera-pera » (2), connaître les onomatopées est un grand atout. Justement, le livre shuwa-shuwa est l’aboutissement du travail d’écriture, de compilation et de sélection de la famille M&M&m&m.

Au départ, simple inventaire dressé par le papa et les enfants apprenant la langue de Mishima, il s’est étoffé au point de devenir ce recueil que nous connaissons aujourd’hui.

Il faut noter que les onomatopées et leurs exemples sont présentés en japonais et traduits en français et en anglais afin d’être accessibles pour le plus grand nombre. L’autre caractéristique originale de shuwa-shuwa est de contenir, pour chaque onomatopée, une illustration dont les enfants Maïté et Maceo sont à chaque fois les vedettes.

Ce sont au total 100 illustrateurs, professionnels ou amateurs, issus de 35 pays différents qui ont apporté leur contribution graphique à cet ouvrage collectif.

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié la lecture de ce livre et je leur dis « pachi-pachi » (3) !

Jennifer pour WalloNihon

  1. L’onomatopée shuwa-shuawa signifie « l’effervescence d’une boisson gazeuse »
  2. pera-pera signifie « parler couramment une langue étrangère »
  3. pachi-pachi signifie « applaudissements »

Fiche technique du livre :

Titre : Shuwa-shuwa

Auteur : M&M&m&m

Editions : M&M&m&m LAMRI-SHIGEMATSU

Année de parution : 2021

ISBN : 978-2-9576275-0-9

Nombre de pages : 208

Format : Broché

Maneki-neko et autres histoires d’objets japonais

Si, comme moi, vous êtes de ces « Japanonista » qui veulent en apprendre davantage sur le Japon et sa culture au moyen de la lecture entre autres, vous avez sans doute remarqué qu’il y a une quantité astronomique d’ouvrages qui y sont dédiés.

Ces livres, revues ou journaux périodiques, d’auteurs francophones ou traduits dans la langue de Molière rendent accessibles toutes sortes de sujets : l’histoire, la philosophie, les arts, la gastronomie, la vie en société, etc.

On ne peut que se réjouir mais il arrive qu’un éventail si large pose problème…

Vous aimeriez bien en découvrir mais vous ne parvenez pas à choisir lesquels tant le choix est vaste ?

Vous hésitez sur quelques-uns mais vous ne savez pas quoi en pensez et avez peur d’être déçus ?

Pas de souci, je vous propose dans cette rubrique mes propres lectures et vous donne mon avis, positif ou moins positif (en restant constructive bien sûr).

J’espère ainsi pouvoir vous éclairer un peu et vous apporter mon aide dans vos choix de titres.

Veuillez noter qu’il ne s’agit évidemment que de mon avis personnel, que je ne détiens aucune vérité absolue et que vous ne serez pas forcément d’accord avec moi.

C’est là que l’on peut discuter et exposer son point de vue, cela permet de s’enrichir l’un et l’autre. Soyez donc indulgents SVP si j’encense un livre que vous avez détesté ou le contraire, merci.

Premier livre choisi : « Maneki-neko et autres histoires d’objets japonais » écrit et illustré par Joranne et paru aux éditions Sully.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on trouve souvent un chat qui lève la patte à l’entrée des boutiques japonaises ?

À quoi servent les noren ? C’est quoi un daruma ? Comment on fabrique une poupée Kokeshi ? Voilà autant de questions qui trouveront une réponse dans ces 160 pages richement illustrées de photos et de dessins colorés.

Avec beaucoup d’humour, Joranne nous y présente toute une série d’objets emblématiques du quotidien japonais et nous explique leur utilité, leur histoire et les croyances qu’ils véhiculent.

Comme le dit Andelo Di Genova qui en a rédigé la préface : « Ce livre est une fenêtre ouverte sur le Japon ». En effet, au fur et à mesure de la lecture, on comprend des notions culturelles très intéressantes et certaines coutumes deviennent plus familières.

Il s’agit là d’un ouvrage rafraichissant qui n’en amène pas moins une information de qualité, fruit d’une indiscutable recherche.

Oubliez les lexiques explicatifs ennuyeux, ici on découvre dans la joie et la bonne humeur et c’est une vraie force de l’auteure qui nous en devient sympathique.

Vous l’aurez aisément compris, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture.

C’est un chouette petit cadeau à mettre dans toutes les mains.

Bon moment garanti…

Fiche technique du livre :

Titre : Maneki-Neko et autres histoires d’objets japonais

Editions : Sully

Auteure : Joranne

Année de parution : 2019

ISBN : 978-2-35432-325-7

Nombre de pages : 160

Format : Cartonné